Recadrage urgent

Selon les planètes d’où on vient, donc selon les cultures locales (la culture majoritaire d’une planète), ont va trouver diverses façon de procéder dans le travail qui est effectué avec la Terre.
Il y a un plan global suivi par ce que beaucoup appellent la Confédération Galactique, bien que les extraterrestres vivent cette réalité plus qu’ils ne la définissent. Au sein de ce plan, il y a diverses missions, affectées selon les compétences particulières d’une population, missions qui seront réalisées selon des procédures, non véritablement établies de façon rigide mais de manière implicite, façon de procéder propre à chaque population fortement influencée par sa façon d’être et en harmonie avec le plan général.

Par exemple, les Chéloniens ont une culture très martiale, toujours prêt à souffrir, ce qui les rend très combatifs (spirituellement ou physiquement), les Ranas sont beaucoup plus doux et évitent de souffrir tant que possible, en se montrant subtiles et prévoyants dans leur agissements, quand aux Zetas ils semblent imperturbables et froids, faisant leur travail

Que les uns soient doux et les autres moins, nous sommes tous, ensemble, en mission sur Terre et pas en club de vacances sur Andromède. Par conséquent chacun d’entre nous s’investit dans sa tâche en se montrant assez rude et exigeant envers soi-même, tout en prenant soin des autres. Si on est nombriliste, c’est qu’on est pas fermement altruiste.

J’ai depuis plusieurs jours une image en tête, qui me parle beaucoup et m’émeut jusqu’aux larmes. C’est l’image de soldats qui sortent des tranchées et qui courent sous le feu de l’ennemi, qui montent à l’assaut pour atteindre leur objectif. Il faut courir vers l’objectif, sans s’arrêter à ceux qui tombent autour, sans regarder à ses blessures, ses peurs, ses doutes. Vider son esprit et courir pour accomplir la mission, sans se laisser distraire, est la seule chose qui compte. Faisant preuve d’une détermination qui rend presque aveugle à ses propres souffrances. Quand on est engagé, on met sa vie entre parenthèse. C’est un engagement total, de toute une vie, sans demie-mesure.
L’engagement extraterrestre sur Terre actuellement est de cet ordre là.

Je trouve que les humains prennent trop soin d’eux, surtout de leur corps. Quand je vois comment ils s’en inquiètent en général, même (et peut-être surtout) parmi les gens spirituels, j’ai du mal à croire que l’Évolution soit aussi avancée qu’on le dit.

Quand je vois toute la force que la partie extraterrestre engage dans cette opération, le peu de cas que nous faisons de nos blessures personnelles, de nos souffrances, de nos doutes, prenant à peine le temps de pleurer nos morts et qu’en parallèle, les humains qui se disent éveillés ne pensent que bien-être et soin spirituel, se demandant si leurs chakras sont bien alignés et si leur fréquence vibratoire est bonne, j’ai vraiment l’impression que seuls les extraterrestres s’intéressent avec réalisme et pragmatisme à l’avenir de l’Humanité ! Est-ce qu’on donne à ce point l’impression d’être venu faire une manucure spirituelle aux humains ? Vu la situation dramatique, on est même pas en train de faire une opération chirurgicale pour sauver une vie, on serait plutôt en train de procéder à une évacuation d’urgence à une population qui pisse le sang. Il serait temps que les humains se réveillent plutôt que de simplement s’éveiller et prennent conscience de la situation. Il faut bien que les choses soient claires, nous sommes venus ici pour botter des culs (cette expression n’engage que moi), par pour caresser qui que ce soit dans le sens du poil !
Les gens qui parlent au nom des extraterrestres dans un discours qui ne dérange pas ne parlent pas au nom des extraterrestres. Les extraterrestres gentillets n’existent que dans l’imagination de gens plus ou moins bienveillants. Tali, qui est une Rana, dévoile à travers son regard une douceur qui n’a pas son pareil sur Terre et dégage une bienveillance profonde et sincère, qui est sans artifice. Mais en parallèle, c’est une personne dont la force d’engagement m’inspire un profond respect, car je sais ce qu’elle est prête à donner d’elle même pour les humains (entre autres).

Il y a, parmi les extraterrestres engagés, des blessés graves, des morts, des familles séparées à cause de l’engagement d’un membre, et souvent des familles en deuil. Ces choses là n’existent probablement pas pour les extraterrestres de niveau 5 à 7 (non incarnés), mais les niveaux 4, qui sont en première ligne, y sont régulièrement confrontés, car ils gardent en partie une vie physique. Ce n’est pas parce nous ne sommes pas humains que nous souffrons moins de toutes ces choses. Mais nous n’oublions pas qu’elles sont passagères et que la souffrance n’est pas éternelle. Le sens du devoir nous pousse à plus d’abnégation, de renoncement, parce que nous avons conscience de nos responsabilités.

C’est avant tout une guerre spirituelle, mais qui se manifeste aussi par des effets physiques assez régulièrement, car même si nos adversaires connaissent les règles, ils ne sont pas du genre à s’y soumettre gentiment et il faut régulièrement les rappeler à l’ordre dans une confrontation physique. Et cela nous coûte autant que ça en coûte aux humains sur Terre dans le même genre de situation.

Le but de la spiritualité n’est pas de se sentir bien. Aligner ses chakras, faire monter ses vibrations, ou tout autre méthode qui permettent de se sentir bien, ne sont pas des fins en soi. Je vois trop de gens se pencher sur la question comme si le fait de se sentir bien était en soit une évolution.

Ce qui est important, c’est de travailler sa relation à soi et aux autres, développer sa conscience des choses, sortir du regard sur soi pour adopter une vision plus globale des choses, devenir chaque jour plus actif sur la voie altruiste, connaître sa juste place dans l’univers et la tenir, dans l’harmonie avec l’ensemble, en ayant bien conscience de comment l’univers fonctionne.
C’est ça qui amène du positif, spirituellement d’abord, physiquement ensuite, et donc du bien-être. Ce sont la conscience des choses et nos actes qui réalignent nos chakras et nos vibrations, mais pas l’inverse. Par conséquent, beaucoup de gens feraient bien de moins s’intéresser à leurs énergies, et davantage à leurs choix de vie. Idem pour les implants éthériques, qui se désagrègent tout seuls à partir du moment où on s’engage plus avant et plus fermement sur la voie de l’altruisme. Si on veut aller mieux dans la vie, il faut surtout prendre soin des autres. Je ne nie pas la réalité des chakras, implants et vibrations, je dis juste que je ne m’y suis jamais beaucoup intéressé car je voyais clairement que ça n’avait pas grand intérêt. La lumière chasse les ténèbres par sa présence. C’est le même principe ici. Il n’y a pas à combattre les ténèbres, il y a juste à briller.

J’ai vu beaucoup, vraiment beaucoup de gens, s’intéresser avec un vif intérêt à ce qu’il y a de plus noir dans la vie : implants, possession, influence parasite spirituelle, cérémonies sataniques, etc. Je n’en ai vu aucun, mais vraiment absolument aucun, aller bien. Cela devrait pourtant nous servir de leçon. Cela ne veut pas dire qu’il faut totalement fermer les yeux. On peut s’y intéresser un peu, sommairement, histoire de ne pas être complètement ignorant. Mais ce n’est pas cette vérité là qui rend libre. C’est une impasse et on apprend bien davantage comment fonctionne « les forces du mal » en regardant comment un gouvernement est capable d’amener la population à lui accorder sa confiance, avant de la trahir, en l’emmenant là où elle ne voulait pas aller, à lui faire soutenir des guerres injustes et montées de toute pièce pour des intérêts privés, « un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas » (Paul Valéry), lui faisant applaudir la mise à mort de la démocratie en le lui présentant comme une bonne chose, nécessaire, au nom de la liberté et de la démocratie !

C’est là qu’on apprend le plus sur les rouages de ces systèmes et sur le mensonge, la corruption, les apparences trompeuses, les manipulations, les trahisons, qui sont les véritables armes de nos adversaires. Mais les implants et les parasites du bas astral, franchement, on peut les laisser où ils sont. C’est même une bonne diversion de la part de ceux qui veulent nous tromper, de nous faire croire que ces choses sont essentielles, alors que ce ne sont que quelques éléments insignifiants de notre réalité, tout au plus. Est-ce qu’il y a des cérémonies secrètes avec des sacrifices d’enfants ? Bien sûr que cela existe, quand on voit de quoi les humains sont capables, on ne peut en douter. Mais est-ce que cela à une influence réelle sur la population, comme certains le pensent ? Mais de quelles personnes malveillantes parlons-nous là ? De gens qui sont voués corps et âmes à des entités qui passent leur temps à mentir à leurs adorateurs, leur faisant croire qu’ils leur transmettent leur puissance alors qu’ils ne sont que des serviteurs abusés et insignifiants ! Et c’est cela qui devrait avoir une influence sur nous ? Allons-nous participer à cette mascarade en participant nous aussi aux mêmes mensonges pour leur donner de la puissance par le crédit qu’on leur accorde ?

Les trois quarts du temps, quand les gens ont des blocages dans leur évolution, il ne s’agit même pas d’implants, mais seulement soit de blocages psychologiques tout ce qu’il y a de plus banal, à ne pas négliger (ce qui arrive souvent quand on veut être trop spirituel), soit d’un simple manque de compréhension, car tout est imbriqué de façon logique et suit un parcours en étape. Pour être capable de comprendre quelque chose, il faut avoir compris quelque chose d’essentiel avant. Parler d’implants qui bloquent l’évolution des gens alors qu’il n’y a que des blocages de processus logiques, tout à fait communs et normaux au cours de l’apprentissage d’une vie, c’est vouloir chercher du sensationnel partout, pour se faire mousser, parce qu’on s’ennuie dans la vie probablement, mais ce n’est pas du tout être spirituel.

Quand on apprend à conduire, on nous apprend tout de suite que là où on regarde, c’est là qu’on se dirige. Il en est de même pour la conduite spirituelle. Si je regarde trop les ténèbres, je finis par tomber dedans. Si je regarde la lumière, je m’illumine, et en m’illuminant, j’illumine les autres. Il ne s’agit pas là de lumière intellectuelle, de compréhension théorique des choses, mais de la conscience des choses, une conscience grandissante acquise dans l’expérience, qui nous fait comprendre ce qu’est la vie, comment tout cela fonctionne. C’est uniquement cela qu’il faut chercher.