L’harmonie universelle

La vie n’est pas une force aveugle qui évolue au hasard des circonstances, nous menant à l’épanouissement ou à la catastrophe selon nos choix. La force qui a créé et organisé l’univers est toujours à l’œuvre et nous tire vers elle pour nous intégrer à elle. Le but de nos vies (ou l’un des buts au moins) est de se mettre en phase avec l’harmonie qui gouverne l’existence de l’univers.

Les animaux suivent instinctivement cette harmonie. Le destin de l’homme, c’est de le vivre intelligemment, consciemment, en dépassant sa nature animale inconsciente. L’homme a fait sa route en se séparant de la nature et en se confrontant à elle. Était-ce un mal nécessaire, pour se différencier d’elle comme l’enfant le fait avec ses parents lors de sa crise d’adolescence ? C’est encore une question pour moi, car quelques humains dit « primitifs » (qui sont loin de l’être) ont compris plus vite que les occidentaux les choses essentielles de la vie. Heureusement, les choses sont en train de changer et les bouleversements à venir pousseront les humains à retrouver le vrai sens de la vie. Car, qu’ils le veuillent ou non et d’une manière ou d’une autre, ils y parviendront !

Le destin, comme on l’appelle souvent, est une trame qu’on ne peut pas éviter car il est utile au déroulement de l’histoire de notre univers. Cette trame existe pour les peuples, pour les espèces, pour les groupes, mais aussi pour les individus sur une autre échelle. Ce qui doit arriver arrivera et on ne pourra rien faire contre ça. Même en retournant dans le passé, il y a des choses qu’on ne peut pas changer. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas lutter contre ce que nous estimons mauvais ou injuste, mais il faut simplement faire pour le mieux et savoir reconnaître la supériorité de la Vie sur nos petites personnes. Personne n’est tout-puissant. Par contre, en périphérie de ces passages obligés, il nous est laissé une certaine marge de manœuvre. C’est là notre libre arbitre. C’est un peu comme si la vie était un théâtre, dans lequel il nous est imposé un certain scénario, mais dans lequel on est libre d’une certaine interprétation (et improvisation), tant que l’on respecte les étapes essentielles.

« Le destin conduit celui qui accepte ; celui qui refuse, il le traîne. » (Sénèque) Je trouve cette citation très vraie et surtout essentielle. Je vois comme j’ai lutté contre ce qui devait arriver dans ma vie parce que je ne le comprenais pas, alors que c’était ce qui pouvait arriver de mieux, même si c’était dur. Aujourd’hui, je perçois les choses difficiles qui arrivent et je suis confiant, comme si j’avais la foi en étant en phase avec l’harmonie de l’univers. Tout arrive pour le mieux (même dans de toutes petites choses quotidiennes) si on sait discerner les grandes lignes et se laisser conduire en faisant ce qu’on a à faire.

Je vois les gens faire comme je faisais avant : résister sans comprendre, s’inquiéter, et je trouve triste de ne pas pouvoir leur transmettre ce que la vie m’a enseigné. Ils s’affolent et s’agitent en s’acharnant sur leurs plans, en entrant en collision les uns avec les autres, alors qu’il suffirait d’être calme, de prendre son temps, d’ouvrir ses yeux intérieurs, d’être à l’écoute des événements et des autres, pour rentrer dans le plan, et là tout se fait d’une façon parfaite, même sans avoir rien prévu (et on ne pourrait pas faire mieux !). J’ai même souvent l’impression qu’il n’y a aucun obstacle sur ma route, il n’y a que des indications de changement de direction, des invitations à faire autrement. On est toujours dans une logique de confrontation, de dualité, alors que la réalité est harmonieuse par nature et que chaque chose joue son rôle dans le sens du positif.

Par contre, une chose est sûre, c’est que, humains ou humains d’origine extraterrestre, nous ne sommes pas ici pour vivre tranquillement. Tant que l’on ne rentre pas dans une logique de Travail sur l’Évolution, qui nécessite une certaine combativité, on risque d’être toujours en souffrance. On est en apprentissage, alors il ne faut pas s’attendre à avoir tout le temps du confort, parce que ce n’est pas le plus utile. Les gens qui veulent de l’abondance, comme c’est très à la mode dans les milieux New Age, qui se disent pourtant spirituels, risquent d’être déçus… heureusement pour eux !

J’ai eu la chance de traverser une période de précarité durant quelques mois. Je ne me suis jamais autant enrichi intérieurement qu’à cette période, car cela m’a appris à reconsidérer mes besoins, à être plus résistant, et pour rien au monde je ne voudrais retrouver mon confort d’autrefois, plein de superflue. Je me suis découvert plus fort que ce que je croyais. Alors pourquoi vouloir retrouver ma faiblesse ?

Pour résumer :

Auteur > Scénario > interprétation

Dieu1 > le Destin > le Libre Arbitre


1« Dieu » est choisi ici par commodité, mais Grand Esprit, la Source, l’Origine, le Créateur sont d’autres termes qui conviennent bien aussi, car de toute façon, personne à ma connaissance, même d’un niveau spirituel très avancé, n’a réussi à décrire parfaitement ce principe fondateur, même en l’ayant expérimenté.