Les différents niveaux d’évolution

L’essence vitale, ou esprit, est un aggloméra d’énergie plus ou moins autonome, qui s’éveille lentement à la vie en fonction de son activité dans le monde physique. Le corps est animé par cette énergie, à l’état brut au départ, et qui s’affine au fur et à mesure des cycles d’existence. On peut dire qu’il existe 7 niveaux d’évolution :

Le premier niveau va de la vie microscopique pluricellulaire aux insectes. État primaire, la capacité de se mouvoir et la liberté d’action prouvent une force de volonté et de détermination qui semble programmée. L’énergie vitale se concentre en un point précis de l’univers et s’active. L’être vivant n’est pas encore conscient. On ne peut pas encore réellement parler d’esprit, car sa présence est bien moins importante que celle de sa réalité physique. À ce stade, l’être vivant est plutôt semblable à un robot biologique.

Le deuxième niveau, les animaux. Ils ressentent et sont conscients. Leur agglomération énergétique est plus forte, plus stable et se développe davantage. On y trouve là aussi plusieurs niveaux d’évolution, le chien y étant à un niveau très élevé par rapport au cochon d’inde qui est à un stade très bas par exemple.

Le troisième niveau concerne certains animaux : les hommes, principalement, peut-être aussi d’autres espèces, mais je n’ai aucune information précise à ce sujet. Encore fortement soumis à leurs pulsions vitales naturelles, ils apprennent doucement à les maîtriser en faisant des choix qui leur coûtent en vue d’obtenir quelque chose de meilleur. C’est aussi durant cette phase qu’ils apprennent le discernement. Conscients, et conscients d’être conscients, ils sont capables de retour sur eux-mêmes en vu de progresser plus vite. C’est le premier pas de l’autonomie de l’aggloméra énergétique vital (esprit)

Le quatrième niveau est semi-physique. On y mange et dort moins, on y traite plus d’informations. L’activité télépathique y est plus intense. La sensation physique y est moins pesante que dans la vie au niveau 3. La notion d’espace et de temps prend une toute autre valeur. Les sensations y sont plus fortes, mais moins envahissantes. Les plaisirs sont plus délicats et les douleurs moins vives. Sensations, émotions et sentiments y sont placés à leur juste place et traités avec recul comme une information soumise à la volonté de l’individu, qui les contrôle parfaitement. Les êtres qui ont choisi la voie des hiérarchistes accèdent rarement et à grand peine à ce niveau là, sans pouvoir le dépasser.

Le cinquième niveau est une agglomération d’énergie vitale pleinement autonome, c’est-à-dire qu’elle n’a plus besoin d’un corps physique comme support, mais a encore besoin d’un environnement physique (une planète). C’est le premier stade de la vie purement spirituelle. Encore à l’état de « nouveau né », l’essence spirituelle va avoir encore une longue route à parcourir avant d’atteindre sa pleine maturité. Elle se développe grâce à sa propre activité, sans besoin de support physique. Elle vit en pleine harmonie avec le reste de l’univers et participe pleinement aux activités de la vie dans plusieurs mondes différents. Ce niveau n’est accessible qu’aux êtres altruistes et en harmonie avec leur environnement. Dans la culture populaire, les « êtres de lumières » sont les êtres qui vivent à ce niveau d’évolution. Non limités par l’espace et le temps, ainsi que par les apparences physiques, ils sont toujours un peu marqués par leur héritage au cours de leurs incarnations (appartenance à l’espèce, histoire générale et personnelle) et peuvent être encore différenciés (de notre point de vue).

Le sixième niveau comprend les êtres totalement non-physiques qui sont là pour créer la vie et l’entretenir. C’est à ce niveau là que sont gérés les cycles d’existence. Ceux là décident avec nous, ou pour nous quand c’est nécessaire, par l’intermédiaire de ceux du niveau 5, quel type de vie nous allons vivre durant notre prochaine incarnation, le but étant l’apprentissage en vue de l’évolution. Ces êtres semblent déjà appartenir à une seule espèce bien qu’ils soient d’horizons très variés. A notre niveau il est difficile de les différencier, les uns ressemblant aux autres.

Le septième niveau est multidimensionnel et créateur de mondes. Ce sont ceux qui orientent l’activité des mondes en vue de leur développement. Autant dire qu’à notre échelle, ils sont complètement inabordables et semblent indifférenciés. C’est ce que les peuples humains confondent couramment avec la notion de « Dieu créateur » et qui est plus ou moins directement à l’origine du polythéisme. En fait, nous sommes tous destinés à atteindre ce stade de développement.
Le but, notre but à tous, est que formés par eux, nous devenions comme eux. C’est en quelque sorte leur manière à eux de se reproduire et d’essaimer la vie partout ou cela est possible. Devenus comme eux, nous pourrons alors sortir de leur cadre particulier pour aller créer d’autres mondes à notre tour.

Il est impossible de percevoir les choses au delà de ce niveau là, qui est déjà difficilement concevable. Mais il existe encore une infinité de niveaux de développement, de la même manière que l’univers est infini et en perpétuelle expansion.

Arrivé au niveau 7 n’est que le début d’une nouvelle progression encore plus avancée. Mais nous ne pouvons même pas la percevoir pour l’instant.

Petite précision au sujet des maîtres ascensionnés :

La Terre est un milieu physique, donc limité, qui offre une expérience d’évolution qui est elle aussi limitée à un certain niveau. Les espèces évoluent par pallier dans leur monde, c’est-à-dire que tous les individus d’une espèce effectuent leur ascension à un autre niveau tous en même temps. Ce qui n’empêche pas les évolutions individuelles, l’évolution d’une espèce étant la somme de toutes les évolutions individuelles. Ceux qui sont les plus avancées doivent donc stagner pendant un temps afin que tous vivent la transition en même temps. L’environnement d’une espèce suit aussi cette transition au même moment. Il n’y a donc pas d’humain de niveau 6 ou 7 tout simplement parce que la Terre n’est pas un milieu qui permette d’atteindre un tel niveau.

On peut comparer cela à un enfant à l’école. En maternel, il étudie des choses qui sont de niveau maternel. Il peut être plus avancé, rapide, perspicace que ses camarades, son niveau sera quand même limité à celui de sa classe, qui correspond aussi à son développement cérébral. Au mieux on le fera sauter une classe ou deux, pour ne pas entraver son développement, mais il ne peut quand même pas passer son bac car son développement mental naturel et son degré de maturité ne le lui permettent pas.

L’espèce humaine est relativement jeune dans la galaxie. Son développement et son environnement de développement (la Terre) ne permettent pas de passer des niveaux supérieurs au niveau 3. Cela est prévu pour bientôt, mais la Terre et l’humanité vont changer de nature pour permettre de continuer l’évolution au-delà du niveau 4.

Lorsque les gens disent être en contact avec des guides non-physiques d’un niveau très avancé qui viennent les aider à évoluer, lorsque ce n’est pas une mascarade ou une escroquerie, ces maîtres là sont forcément d’origine extraterrestre et ils ont forcément vécu une vie physique dans un autre monde, car tout être spirituel a commencé sa formation (dans le sens d’agglomération énergétique) dans un support matériel. Si ces êtres de lumière (probablement de niveau 4 ou 5 d’évolution) se présentent sous forme humaine, c’est uniquement pour se rendre présentable auprès des humains, probablement parce que leur morphologie naturelle risquerait d’être dérangeante pour l’humain. Les autres (de niveau 6 et supérieur) enseignent directement en se présentant sous leur forme énergétique (qui est leur forme naturelle), car cette forme ne dérange pas les humains.

En ce qui concerne les fées, les lutins et autres petits êtres étranges, pour ce qui est des contes et légendes, cela a été beaucoup déformés. Ceux qui ont raconté cela ont souvent rencontré des extraterrestres, ce qui arrive très régulièrement et ils ont témoigné de ces rencontres comme ils ont pu. Pour ceux qui en voient encore aujourd’hui, il s’agit en fait d’êtres bien physiques vivant dans d’autres mondes et qui passent à travers des failles dimensionnelles, à ne pas confondre avec l’esprit de la Terre et des choses naturelles qu’elle porte (l’eau, les plantes, les roches, etc.) qu’on peut ressentir si on est suffisamment sensible, mais qui ne constituent pas des aggloméras énergétiques aussi développés que les humains ou même les animaux. Ceux qui ressentent les fées et les lutins et qui dialoguent avec eux mais sans forcément les voir, c’est là aussi un cas d’adaptation de la communication des extraterrestres à la culture et à la sensibilité de la personne. On ne peut donc pas dire que les fées n’existent pas, ni qu’elles existent, mais que cela dépend des cas, car il y a beaucoup de confusion dans ce domaine.

Pour résumer :

  1. organismes multicellulaires inconscients

  2. animaux conscients

  3. animaux conscients d’être conscients (humains au stade actuel)

  4. conscients semi-physiques (hommes stade actuel)

  5. conscients non-physiques

  6. conscients universels

  7. conscients multidimensionnels