Les backdoors spirituelles

Les backdoors, en informatique, sont des portions de code non visibles par l’utilisateur qui vont offrir au programmeur une possibilité d’accéder à la machine de l’utilisateur en ouvrant des connexions réseau sans son autorisation. Les pirates informatiques en utilisent beaucoup. Je parle de cela car il y a une similitude avec cette méthode et certains modes de contact extraterrestre.

Il arrive parfois lorsque je suis seul et que je travaille sur mon ordinateur, que je sois empêché de faire ce que je veux par un événement imprévu qui va servir de diversion (type bug, ouverture de fenêtre inopinée, écran « gelé »), et une fois le problème résolu, je me demande ensuite ce que j’avais commencé à faire. Il s’agit là d’une sorte de « missing time » de faible ampleur. Le processus se déroule ainsi et permet des rencontres rapprochées même en pleine journée.

Je veux faire quelque chose, on m’en empêche par un événement imprévu, le temps est mis sur pause à la fin de la résolution du problème, un extraterrestre apparaît (en général pour moi c’est Tali), je lève le nez de mon ordinateur, je la vois, j’ai un échange avec elle, puis elle me dit de retourner sur mon ordinateur. Tout est en pause, mais n’est pas apparent sur l’ordinateur puisque rien ne bouge tout seul dessus, et là, je reprends les activités que j’avais commencées, mais en oubliant que Tali était là, et par la même occasion ce que j’avais commencé à faire. Le tout ne durant pas plus d’une minute (un extraterrestre télépathe n’a pas besoin de beaucoup de temps pour transmettre une information), il n’y a donc rien de spécial à remarquer. Cela peut arriver, mais n’arrive pas aussi souvent que les bugs et autres imprévus, totalement anodins, bien entendu. Le backdoor est utilisé ici en venant se greffer en quelque sorte sur un événement naturel et anodin. Il est probable que cela arrive aussi par l’intermédiaire d’autres « diversions », différentes de l’informatique, en général quand on est seul, pour que rien ne bouge dans la pièce où l’événement se déroule et afin d’être tranquille.

Je n’ai pas de souvenir certain d’un tel événement (c’est le but), mais j’ai juste été informé de ce type de procédé et du fait que le premier souvenir du visage de Tali s’était déroulé dans ce contexte.

Un autre type de « porte dérobée » est au petit matin, juste avant de se réveiller, il y a un moment ou on peut percevoir quelque chose, une simple idée généralement, et en focalisant son attention dessus, il y a comme un voile qui se déchire, et qui laisse percevoir une autre réalité, où tout devient clair et où les idées sont plus fluides, presque plus réelles. Cela demande un petit effort et je pense que ça n’est possible qu’avec une aide extérieure. C’est assez similaire au film Avatar, quand ils reviennent à eux dans le caisson. Quand on sort de cet état là, on en a, comme avec les « backdoors spirituelles », plus aucun souvenir. Tout doit rester dans le subconscient. Je n’ai qu’un bref et vague souvenir de cette expérience.

Ce que j’ai ressenti à ce moment-là c’est que j’entre-apercevais quelque chose, et qu’il fallait que je force mon attention pour rester focalisé dessus et voir cela plus nettement. Le flux quotidien de la vie m’entraîne à ignorer ce que je vois intérieurement et il me faut faire un effort, comme quand on voit mal quelque chose et qu’il faut forcer sur sa vue pour mieux voir. À partir du moment ou le processus d’attention devient conscient, on perd le contact (puisque cette expérience est faite pour se dérouler dans l’inconscient). Un ami me disait l’autre jour qu’il avait parfois l’impression, en se réveillant le matin, qu’il était en pleine discussion passionnante avec quelqu’un, mais impossible une fois conscient de pouvoir dire avec qui et de quoi il s’agissait !

Il faut aussi que ce « quelque chose que j’entre-aperçois » soit réel et imprévu. Il ne s’agit pas là d’être à la recherche de quelque chose, sinon on entre en sur-vigilance (hyper-vigilance serait un peu exagéré) et on croit trouver quelque chose là où il n’y a rien. La conscience ne doit pas intervenir dans ce processus. Une fois qu’on est entré dans ce « trou temporel », on rejoint une autre réalité en quelque sorte, et la bascule se fait d’un coup. Une fois que ça commence, ça se déroule relativement vite en général. J’ignore totalement comment se déroule le processus de retour à la normale par contre.