Imagination, cinéma et conditionnement

L’imagination est le terrain de jeu qui réunit tous les mondes parce que c’est une des bases de la communication télépathique. A travers elle, on peut aussi communiquer, car elle n’est pas simplement une illusion, mais un mode de communication. C’est à travers les arts que les autres peuples de l’univers peuvent aussi nous transmettre des messages. À travers le cinéma, la musique, la poésie et plein d’autres choses encore. Là où l’esprit humain s’ouvre à l’imaginaire, là il peut entendre la voix de « ses dieux ». C’est ainsi que faisaient les oracles dans l’Antiquité, ainsi que les prophètes, les philosophes, et les artistes avec les muses, jusqu’à aujourd’hui. Tous les peuples de l’univers communiquent à travers l’imaginaire collectif et individuel.

Il est donc normal que des extraterrestres tentent de communiquer avec des humains, d’influencer (gentiment ou pas selon les cas), de guider, à travers l’imaginaire d’une personne, qui fait parfois si peur. Les cinéastes sont particulièrement bien influencés ces derniers temps, pour les films comme pour les séries télé. Par le passé, les contes et légendes façonnaient les esprits de la population, les enfants demandaient aux conteurs de leur raconter encore l’histoire de tel ou tel héros mythique. Les contes et légendes d’aujourd’hui sont les films du cinéma, et les enfants demandent à ce qu’on leur remette encore le DVD de Harry Potter ou de Star Wars.

Pour ma part, il existe des musiques qui me font tilt. C’est comme ça que je sens ce que j’ai à faire. C’est une forme de conditionnement. Quand j’écris, par exemple, c’est souvent sous l’influence d’une musique (juste la musique, ni drogue ni alcool, très néfaste pour nous à mon avis, car cela nous fait perdre le contact). Mon état mental peut varier d’un coup selon la musique que j’écoute et ce qu’elle m’inspire. Et le cinéma, lui, m’offre des phrases clé, que je vais trouver sur ma route, pour m’encourager à continuer, ou pour comprendre une situation. Attention ! je ne dis pas que la télé me parle ! c’est juste que mon esprit est attentif pour savoir discerner quand, dans une situation qui m’est extérieure, je peux tirer de l’expérience d’un autre une idée qui m’est profitable dans ma propre situation, le principal étant l’effet que je ressens en entendant cette phrase : à défaut de savoir ce qui est le mieux pour moi, l’écho, certains diront « la vibration », que je ressens en moi à ce moment là, me permet au moins de discerner ce que moi, je veux, et ce n’est pas rien, car c’est parfois difficile de le savoir. Je suis donc un peu comme un chercheur d’or, qui filtre l’eau à la recherche de paillettes d’or. C’est ainsi que je fais, je consomme beaucoup d’informations, et ensuite je laisse remonter les informations utiles, et les liens entre elles m’apparaissent au fur et à mesure.

Les informations sont codées de cette manière. Quand ma coordinatrice conduit mon apprentissage, mes études, mon initiation, c’est toujours sous forme de symboles, de liens entre diverses disciplines. Mon attention est attirée par une chose qui m’amène à une autre. L’usage de métaphore, de symboles, de codes, est très important, car il faut que nous gardions le plus possible une vie humaine stable, classique, puisque c’est le but de notre expérimentation. Nous ne sommes jamais sûr de ce que nous avons à faire, jusqu’au moment où arrive le temps de passer à l’action. A ce moment là, préparé par tous ces indices, nous sommes prêts à faire le pas, sans stress, avec assurance, parce que notre esprit a été conditionné pour cette action. Pour l’instant nous n’avons rien fait d’extraordinaire, juste un peu aidé les gens autour de nous, car nous devions rester discrets pendant la préparation. Le plus important reste à venir, et là, plus rien ne sera jamais pareil. Nous nous dévoilerons tels que nous sommes, nous serons libérés d’un poids et enfin utiles à notre juste valeur.