Confusion au sujet du prochain stade d’évolution

Beaucoup de gens s’imaginent que le prochain stade d’évolution (planétaire j’entends) sera de devenir pure énergie, débarrassé de tout le poids du monde physique. Or, je ne connais personne sur cette planète qui soit vraiment prêt à franchir une telle étape. A l’intérieur de nous-mêmes, nous serons comme nous sommes aujourd’hui. Donc, si nous sommes toujours très attachés et dépendants de la sexualité, du sommeil, de la nourriture et de tout ce qui nous relie au corps, comment pourrait-on ne plus avoir besoin d’un corps et devenir pure énergie ? Moi-même, qui ne suis dépendant de ces choses qu’au plus strict minimum, je sais parfaitement que je ne suis pas du tout prêt à franchir une telle étape et je ne le souhaite même pas. Je ne parle pas de rejet du physique, mais de détachement. Savoir être heureux, avec ou sans, et sans inquiétude.

Il faut donc ouvrir les yeux, le prochain stade d’évolution sera semi-physique, et nous garderons en grande partie des choses similaires à la vie d’aujourd’hui, comme boire, manger, dormir ou faire l’amour, mais tout cela moins souvent qu’aujourd’hui, et de façon plus subtile, plus légère, moins grossière. C’est pour cela que je suis très sceptique face au gens qui disent pratiquer le pranisme (le fait de ne plus manger et de se nourrir uniquement des énergies de l’environnement). Nos corps physiques peuvent supporter un certain niveau de manque de nourriture qui est bien plus élevé que ce que l’occidental moyen tend à croire avec ses trois repas équilibrés par jours, mais un corps physique a besoin d’être entretenu physiquement, et même si la méditation et la recherche d’harmonie avec les énergies peuvent réduire très grandement ses besoins, le physique a besoin du physique. La nourriture pranique est une réalité, mais pas à notre niveau d’évolution.

Il n’y a pas de méthode pour se préparer à la prochaine étape, c’est la vie, à travers nos expériences du quotidien et avec l’aide de nos guides invisibles, qui nous y prépare, même si notre désir d’évolution et notre ouverture d’esprit jouent beaucoup. C’est un processus qui prend du temps et il faut savoir vivre chaque leçon avec patience et curiosité. Petit à petit, bien souvent par la souffrance qu’impose naturellement la vie dans ce monde, on devient indifférent et on se détache du monde physique, en comprenant sa vraie nature (et j’insiste sur le fait de comprendre, qui amène à une prise de conscience), qu’il est passager et voué à toujours muter, se transformer, et qu’il est donc inutile de chercher à s’y attacher. Le fait d’en être détaché nous donne envie d’autre chose de plus absolu, et nous conduit naturellement à la prochaine étape d’évolution, sans forcer.
Les grandes transitions se passent toujours comme une naissance, c’est le « plus possible de tenir dans cette situation » qui crée un basculement, inévitable, mais qu’on ne peut pas provoquer non plus. La seule chose qu’on puisse faire c’est de ne pas entraver le processus pour ne pas perdre de temps, en vivant ce qu’on a à vivre sans traîner des pieds.

Donc oui, il y aura bien prochainement un de ces basculements, qui nous conduira vers une nouvelle façon de vivre, mais on ne sera pas de petites lumières bleues dans l’espace infini !