Cinéma et conditionnement de masse

On dit parfois que le cinéma est un outil de propagande et de programmation des masses. Cela peut effectivement être utilisé de cette manière, mais rien n’y oblige. Le fait est qu’au cinéma, on trouve de tout.

Pour ce qui est des extraterrestres, certains en présentent des gentils, d’autres des méchants, d’autres des « qui ont l’air méchants mais s’avèrent être gentils » (ce qui est plus proche de la réalité d’ailleurs). Bref, il y en a pour tout les goûts, et le spectateur y trouvera ce qu’il est venu y chercher. Aux uns, un regard positif, de l’espoir, du réconfort, de la remise en question. Aux autres un regard négatif, de la peur, ou du divertissement pour ne pas réfléchir.

Si le cinéma ne nous proposait qu’une seule vision des choses, et qu’on soit obligé de l’accepter, on pourrait parler de programmation et de propagande. Mais là, chacun se programme lui-même comme il le désir, trouvant son inspiration… ou pas, dans les films qu’il regarde volontairement.

Il est vrai qu’à force d’observer les différentes théories qui sont exposées dans les films et les séries télé, on en voit clairement émerger quelques-unes, qui reviennent comme un leitmotiv. Est-ce que quelqu’un tire les ficelles derrière tout ça, ou bien simplement les cinéastes exposent librement leurs idées, ou bien encore, tout simplement, ce sont des thèmes accrocheurs, plus vendeurs ? Il y a un peu de tout. Mais dans tous les cas, c’est notre liberté qui décide. On s’imagine souvent que sous hypnose, les gens sont privés de leur libre arbitre. Mais c’est tout simplement faux. Et ici, on est très loin de l’hypnose.

Il est vrai que le cinéma, comme la publicité, propose et incite à aller plus dans un sens que dans un autre, mais sans consommateur consentant, rien ne serait possible.